lundi 21 septembre 2009

Bibesco (Antoine)

Prolonger les adieux ne vaut jamais grand-chose ; ce n'est pas la présence que l'on prolonge, mais le départ.
(« Le Sapin et le Palmier »)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire