mardi 6 octobre 2009

Jankélévitch (Vladimir)

J'aime que la musique ne soit pas sourde à la chanson du vent dans la plaine, ni insensible aux parfums de la nuit.
(Quelque part dans l'inachevé, p. 302, Folio essais no 60) (1903-1985)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire