vendredi 9 novembre 2018

Chateaubriand, François-René de

On a tort quand on a raison contre tout le monde.
François-René de Chateaubriand, dans sa préface de sa traduction du libre de poèsie Le Paradis perdu, de John Milton.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire